12/07/2011

Le Canada Boycotte la Conférence sur le désarmement présidée par la Corée du Nord

  

La pilule est dure à avaler. Fin Juin, la Corée du Nord a accédé à la présidence de la conférence sur le désarmement jusqu’au 19 août à la faveur d’un tournus organisé par ordre alphabétique. Les ONG ont été les premières à protester. «Cela revient à demander au loup de garder les moutons», avait protesté le directeur exécutif d’UN Watch Hillel Neuer.» Ce n’était sans doute pas le meilleur casting pour relancer les négociations sur un traité d’interdiction de la production des matières fissiles à des fins militaires. L’arrivée de la Corée du Nord a déjà eu pour effet de mettre entre parenthèse les travaux de la Conférence qui ont été suspendus jusqu’au 2 août. Ensuite, il ne devrait pas se passer grand-chose. Le Canada vient d’annoncer qu’il annulait temporairement sa participation aux réunions de la Conférence du désarmement pour protester contre le mandat de la Corée du Nord. "En matière de désarmement la Corée du Nord est un Etat voyou", a justifié le ministre des Affaires étrangères canadien, John Baird. Ottawa est le premier Etat à assumer publiquement ce boycott.